Messe d’au revoir au cardinal Philippe Barbarin

Messe d’action de grâce et de remerciement pour l’épiscopat lyonnais du cardinal Philippe Barbarin dimanche 28 juin à 10h30 en la primatiale Saint-Jean-Baptiste à Lyon.

En raison des mesures liées à la crise sanitaire, le nombre de places est limité dans la cathédrale. Aussi, une liste restreinte a déjà été établie pour assurer la représentation de la diversité du diocèse et des invitations nominatives seront adressées.  La célébration sera retransmise en direct sur la chaîne Youtube du diocèse de Lyon.

Une bonne occasion de fêter saint Irénée le 28 juin grâce à la chaine youtube du diocèse, à la messe solennelle à 10h30 à la cathédrale présidée par le cardinal Barbarin et aux vêpres solennelles à 17h dans la crypte de l’église Saint-Irénée.

Pour témoigner de votre sympathie au cardinal Philippe Barbarin :

  • vous pouvez lui adresser un message via ce formulaire avant dimanche 21 juin minuit. Ces messages seront regroupés au sein d’un livre et lui seront remis le 28 juin prochain.
  • vous pouvez donner en ligne une participation pour le cadeau qui sera offert au cardinal Philippe Barbarin le 28 juin.

Jour n°9 L’Unité : Comprendre l’unité comme un dynamisme

Citation d’Irénée

« Par ailleurs, il ne peut y avoir ni un plus grand ni un plus petit nombre d’Évangiles. En effet, puisqu’il existe quatre régions du monde dans lequel nous sommes et quatre vents principaux, et puisque, d’autre part, l’Église est répandue sur toute la terre et qu’elle a pour colonne et pour soutien l’Évangile et l’Esprit de vie, il est naturel qu’elle ait quatre colonnes qui soufflent de toutes parts l’incorruptibilité et rendent la vie aux hommes. D’où il appert que le Verbe, Artisan de l’univers, qui siège sur les Chérubins et maintient toutes choses, lorsqu’il s’est manifesté aux hommes, nous a donné un Évangile à quadruple forme, encore que maintenu par un unique Esprit ».

Irénée de Lyon , Contre les Hérésies , III, 11, 8

Parole de Dieu        Jn 17, 20-24

« Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde ».

Méditation de la Parole de Dieu

Seigneur, nous te rendons grâce pour le souci constant qu’Irénée avait de l’unité, que cela soit celle de l’homme (corps et âme), celle des Ecritures, celle de sa communauté ou même encore celle de l’Eglise toute entière ! Pour lui, la diversité des pratiques ne faisait que confirmer l’unité de la foi. Saint Irénée nous montre aujourd’hui encore que l’unité ne signifie pas l’uniformité.
Il nous invite à accueillir nos différences de regards, de sensibilités, d’expériences et d’expressions comme autant de facettes d’une seule et unique grande histoire : celle de l’Amour de Dieu pour les hommes.

Intention de prière

Seigneur, au terme de cette neuvaine à Saint Irénée de Lyon, nous te prions encore pour la PAIX et l’UNITÉ. Nous te prions pour qu’elles soient réalisées dans nos cœurs, dans nos familles, dans nos paroisses, dans les établissements scolaires, sur nos lieux de travail, dans notre diocèse et dans notre Eglise, et partout dans le monde où elles sont menacées.
Seigneur, fais de nous des Irénée :  des porteurs de paix et d’unité.

Prière de la neuvaine

« Ce n’est pas toi qui fais Dieu mais Dieu qui te fait »

« Ce n’est pas toi qui fais Dieu mais Dieu qui te fait. Si tu es l’ouvrage de Dieu, attends tout de sa main : Livre-toi à Celui qui peut te modeler et qui fais bien toutes choses en temps opportun et reçois en toi la forme que le Maître Ouvrier veux te donner. Garde en toi cette humilité qui vient de la Grâce, de peur que ta rudesse n’empêche le Seigneur d’imprimer en toi sa marque. C’est en recevant cette empreinte que tu deviendras parfait, et seul le Seigneur pourra faire une œuvre d’art avec cette pauvre argile que tu es. En effet, faire est le propre de la bonté de Dieu et Le laisser faire, c’est le rôle qui convient à ta nature d’homme. Amen ! »